To Get Her

Jean-Dominic Leduc – Journal de Montréal 13-05-12

S’il y a un livre à côté duquel je suis passé en 2012, c’est indéniablement To Get Her du grand artiste montréalais Bernie Mireault. À toute vraisemblance, je suis loin d’être le seul. Cette chronique n’aura donc pour autre but que de rétablir la regrettable situation.

Ce sublime album de 174 pages autoédité à 810 copies mérite largement qu’on s’y attarde. D’abord parce qu’il résulte du travail d’un artiste accompli au sommet de son art, qui pourtant ne défraie jamais la manchette, malgré ses 30 années de métier et ses multiples collaborations avec les artistes américains Mike Allred (Madman) et Mike Wagner (Grendel). Ensuite parce qu’il propose une expérience unique, ou la prose et l’art séquentiel – dont différents paliers de lecture et de mises en abîme – se confondent habilement. Et finalement parce que l’auteur y fait preuve d’une belle et rare sensibilité.

BERNIE MIREAULT

Au milieu des années 80, il crée The Jam, un genre d’anti-super héros à mi-chemin entre l’univers saillant de Jack Kirby et celui d’avantage alternatif de Robert Crumb. D’abord publié en récits secondaires dans les pages de Northguard du tandem Gabriel Morrissette et Mark Shainblum pour le compte de Matrix Comic, il obtient ensuite sa propre série qui connut 14 numéros publiés chez différents éditeurs américains (Tundra, Dark Horse, Caliber) entre 1987 et 1997. L’artiste délaissa ensuite le personnage de Gordon Kirby pour passer à autre chose.

GORDON KIRBY

Près de dix ans plus tard, il reprend son personnage et en fait quelque chose de complètement différent. D’une chronique humoristique du quotidien d’un justicier malhabile, il en fait un récit intimiste, en s’interrogeant sur les relations amoureuses et la pulsion créatrice.

To Get Her planche 12, Bernie Mireault, édité à compte d'auteur, 2012

To Get Her planche 12, Bernie Mireault, édité à compte d’auteur, 2012

Flirtant habilement avec l’autobiographie, Gordon Kirby devient ici un auteur de bande dessinée en errance affective et artistique. To Get Her est l’oeuvre de maturité du jeune cinquantenaire Bernie Mireault, un artiste anglophone de bande dessinée vivant bien modestement. Il aura mis huit ans à pondre ce grandiose album, entre les nécessaires boulots alimentaires. Grâce à l’admirable travail acharné de quelques rares libraires passionnés, dont Marc Jetté de Studio 9 et Jean Marquis de La Boîte à BD, le livre rencontre quelques lecteurs. Mais trop peu.

Je lis des quantités astronomiques de bandes dessinées depuis 30 ans. Rares sont les bouquins capables de me bouleverser à ce point. To Get Her occupe maintenant une place de choix dans mon panthéon personnel, aux côtés des Chris Ware, Tezuka et Réal Godbout.

À LIRE ÉGALEMENT: un texte de l’auteur sur la page Facebook de La Boite à BD ICI et un de Johnny Comix sur le portail de Gang de Geeks 

Publicités

2 réflexions sur “To Get Her

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s